Histoire : le saviez-vous, que le village de Soninkégny tire son nom d’un arbre appelé « Chô » ?

Sene Kunafoni

L’arbre « Chô », l’origine de l’appellation du village  » Soninkégny ». En effet, quand Sognoumè DIARRA, un des fils de la chefferie de Dio et fondateur dudit village partait chaque fois de Dio pour faire la chasse dans la forêt, l’actuel Soninkégny, il se reposait sous un joli arbre appelé  » Chô  » ayant la joliesse et la longueur du « pin », mais plus ombrageux que le pin selon les dits.
À force de prendre ses repos sous l’arbre, l’endroit est devenu par la suite, le palais du chasseur Sognoumè et il y construit sa case de chasse sous l’arbre. Ainsi, après avoir construit la case de chasse, le chasseur faisait chaque fois l’aller et retour entre Dio et la forêt où il y passait souvent des jours et des nuits.
Pourquoi l’appellation  » Soninkégny « ?
À chaque fois que Sognoumè s’apprêtait pour aller à la chasse dans cette forêt lointaine, il informait la famille qu’il va près du joli, mince arbre appelé  » Chô  » dont  » Chônitiègny « . Cela a trouvé qu’il avait expliqué à ses proches qu’il y a un très joli, mince  » Chô  » (Chônitiègny) dans la forêt où il va pour la chasse. Et qu’il n’avait jamais vu un autre arbre avec une joliesse pareille.
Par la suite, le chasseur a pris l’initiative de faire venir sa famille (ses femmes et enfants) dans cette forêt pour y fonder un village. Ainsi il informa ses proches qu’il part avec sa famille près du joli, mince « Chô » :  » anbè taa Chônitiègny kôrô « .
C’est ainsi que Sognoumè s’installa avec sa famille près du  » Chônitiègny » et invita son cousin et ainé Seby DIARRA à lui rejoindre une année après. Dès l’installation du cousin Seby, Sognoumè lui confia le village en lui autorisant d’être le chef de village. Et depuis, le village est appelé « Chônitiègny ». C’est suite à la déformation de l’administration que le nom  » Chônitiègny  » s’est transformé en  » Soninkégny « .
Le Chô est cet arbre en image. Il fait des fruits même s’ils ne sont pas mangeables, mais dans beaucoup de villages du Bélédougou les femmes les utilisent en faisant les vaisselles et ses feuilles dans la préparation du  » fari », une nourriture à base du haricot. Elles emballent dans chacune des feuilles la patte du haricot afin de les mettre dans le four traditionnel  » gnintin » pour la cuisson.
Rappelons que Soninkégny est un village situé à 35 km de Bamako dans la Commune rurale de Kambila, cercle de Kati en partance de Kolokani.
Dognoume DIARRA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Révélation Musicale: Un groupe d’ « Afro-Trap » fait danser Soninkégny et ses villages environnants dans le cercle de Kati

Inspiré par l’une des stars du Rap Malien Iba One et l’un des meilleurs groupes de Rap Calibre 27, le groupe est composé de deux jeunes talents inédits : Bakary COULIBALY alias « Toroféré » et Modibo Diarra alias « Action », le magnifique duo se révèle et fait sa […]